Médecine esthétique

Découvrez l'acide hyaluronique, botox , mésothérapie, cryolipolyse, mesolift du visage

Histoire et évolution de la médecine esthétique et des traitements non chirurgicaux

La médecine esthétique est une discipline médicale récente et en perpétuelle évolution. Nous nous formons aux techniques les plus modernes et nous assistons à plusieurs congrès nationaux et internationaux par an.

Voici un aperçu de l’histoire des principales techniques  non chirurgicales de médecine esthétique.

Histoire de l’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique a été découvert pour la première fois en 1934 par Karl Meyer et John Palmer, scientifiques à l’Université Columbia de New York. Ils ont isolé la substance du corps vitré d’une vache et ont tiré le nom d’acide hyaluronique de hyalos (mot grec «verre») et du sucre uronique contenu dans la substance. L’ère moderne de l’acide hyaluronique a débuté dans les années 1960, lorsque les chercheurs Balazs et Denlinger ont découvert une concentration élevée de la molécule dans d’autres tissus, suggérant ainsi son rôle biologique principal dans le corps et ouvrant la voie à son application médicale. D’après leurs observations, il a été confirmé que l’acide hyaluronique joue un rôle crucial dans le métabolisme cellulaire et dans les processus physiologiques menant à la réparation des tissus. À partir du début des années 1960, des préparations à base d’acide hyaluronique ont été mises au point pour le traitement des lésions cutanées. Dans les années 1980, l’acide hyaluronique a été introduit puis largement utilisé lors de certaines interventions chirurgicales ophtalmologiques telles que le traitement de la cataracte. Les années 1980 représentaient également l’apogée des injections articulaires d’acide hyaluronique et, dans les années 1990, l’acide hyaluronique avait trouvé sa place dans le domaine de la cosmétique, l’application la plus connue et la plus populaire de cette molécule. Aujourd’hui l’acide hyaluronique permet de restaurer les volumes du visage et est le traitement le plus utilisé dans le monde en médecine esthétique.

Histoire du botox

L’histoire du Botox, une forme purifiée et diluée de la toxine la plus mortelle au monde, est une histoire incroyable mettant en scène des saucisses avariées, un groupe de musiciens belges et deux médecins canadiens mariés. La toxine contenue dans le Botox a été découverte pour la première fois en 1820, quand un poète allemand et passionné de médecine ont découvert que des saucisses avariées étaient responsables de l’intoxication alimentaire mortelle d’un groupe de personnes dans sa ville. Il a publié la première description scientifique de ce qui est maintenant les symptômes du botulisme d’origine alimentaire. En 1885, un médecin et professeur de microbiologie belge a été chargé d’enquêter sur une épidémie de botulisme chez un groupe de musiciens. Ces musiciens avaient assisté à des funérailles et sont tombés gravement malades après avoir mangé du jambon mariné. Certains membres du groupe sont décédés. Plus tard La bactérie anaérobie à l’origine de la maladie a été découverte par Emile Van Ermengem au moyen d’une analyse clinique et toxicologique de la nourriture que les membres du groupe avaient mangée. Emile Van Ermengem était tellement enthousiaste à propos de sa découverte qu’il a nommé la toxine Bacillus botulinum d’après le mot latin pour saucisson (botulus). En 1977, après des études et des essais cliniques, la toxine botulique fortement diluée a commencé à être utilisée dans des procédures médicales pour traiter les spasmes musculaires causés par une hyperactivité musculaire. Des recherches supplémentaires ont prouvé que les injections de Botox pourraient aider en ophtalmologie pour le traitement des spasmes du visage, des spasmes du cou et des épaules et même des spasmes des cordes vocales. En 1989, la FDA (autorité de santé Américaine) a approuvé la toxine botulique de type A pour le traitement du strabisme  et du blépharospasme (spasmes des muscles de la paupière). Les migraines ont également été traitées avec des injections de Botox.

La découverte la plus bouleversante concernant le Botox a été faite par accident lorsque le Dr. Jean Carruthers, ophtalmologiste canadien, a remarqué que ses patients perdaient leurs rides du lion et de la patte d’oie après les injections de Botox. La Dre Carruthers et son mari, dermatologue, ont mené des études intensives sur la toxine et ont finalement publié leurs études dans le Journal of Dermatologic Surgery and Oncology. Ils ont affirmé que l’exotoxine C.botulinum-A était une procédure simple et sans danger pour traiter les rides des sourcils et les pattes d’oie.

Depuis vingt ans, le botox est un produit de référence dans le monde entier pour le traitement des rides du visage.

Histoire de la cryolipolyse

 La congélation des graisses (ou cryolipolyse) découle de l’observation d’une nécrose adipeuse induite par le froid en 1970, lorsque Epstein et al. ont observé cela chez les nourrissons suçant des bâtons glacés. Des observations ultérieures ont révélé que cette nécrose adipeuse provoquée par le froid (mort des cellules adipeuses) se produit également chez les patients adultes. Cependant, d’autres tissus tels que la peau, les nerfs, les vaisseaux et les muscles n’ont pas été affectés par ce froid. En 2008, les docteurs Dieter Manstein et Rox Anderson ont étudié ce phénomène au Wellman Center du Massachusetts General Hospital et ont publié leurs données. Après avoir effectué une nécrose adipeuse provoquée par le froid dans de nombreuses expériences sur des porcs, ils ont introduit une nouvelle méthode non invasive de réduction de la graisse par congélation, appelée cryolipolyse. Après 3-4 mois, leurs données ont montré des dommages sélectifs et significatifs en graisse sous-cutanée après une exposition à -5 ° C et -8 ° C pendant 10 minutes sur des sites couvrant 15% de la surface de la peau.

Depuis 2010, la cryolipolyse est utilisée en médecine esthétique pour supprimer sélectivement les tissus adipeux avec des résultats très interessants et fiables. Nous utilisons la machine coolsculpting qui est la machine de référence en cryolipolyse avec des résultats prouvés par des études cliniques scientifiques.

Histoire de la mésothérapie

En 1952, le docteur Michel Pistor, généraliste exerçant en France rurale, administre 10 ml de procaïne par voie intraveineuse dans le but de faire avorter une crise d’asthme aiguë chez un patient. Bien que le traitement n’ait pas amélioré l’état respiratoire du patient, celui-ci a signalé une amélioration significative de son audition. Peu de temps après, le Dr Pistor a commencé à expérimenter des injections superficielles chez des patients malentendants et a connu un certain succès. Le docteur Pistor continua à expérimenter des injections superficielles de procaïne pour le traitement de tout un éventail de troubles et publia le 4 juin 1958 un article décrivant son succès clinique grâce à cette affirmation: “L’action sur les tissus du mésoderme est tellement importante que ces traitements doivent être appelés mésothérapie “. C’était la première fois que le terme “mésothérapie” était employé. La première conférence internationale sur la mésothérapie a eu lieu en 1976, année à laquelle la mésothérapie a été utilisée pour la première fois chez des patients en France. En 1981, le Dr Jacques LeCoz a introduit la mésothérapie dans la clinique d’orthopédie de l’Institut national du sport à Paris. En 1987, l’Académie française de médecine a officiellement reconnu la mésothérapie comme un traitement légitime.

La mésothérapie cosmétique connaît actuellement une popularité fulgurante en Asie. De nouvelles associations et sociétés nationales se forment chaque année.

Histoire de la luminothérapie médicale

En 1903, un prix Nobel de médecine a été attribué à un scientifique du nom de Niels Finsen pour l’utilisation de la luminothérapie. La recherche a progressé et, dans les années 1960, la photothérapie (désormais appelée thérapie par LED) était principalement utilisée en Europe orientale pour traiter la douleur chronique, l’arthrite et les affections associées, la rééducation des articulations et les lésions des tissus mous.  Grâce à de nombreuses études et à des années d’utilisation de la thérapie à la lumière rouge et de la thérapie à la lumière infrarouge, il a été constaté que les tissus étaient non seulement en train de guérir mais que les conditions esthétiques superficielles étaient également améliorées. La thérapie par la lumière bleue a été évaluée et étudiée ces dernières années. C’est un dérivé de la thérapie UV utilisée dans le passé pour le psoriasis, pour stimuler le système immunitaire, détruire les bactéries, l’acné, la kératose actinique, d’autres conditions inflammatoires. des muscles et des articulations.  De plus, de nombreuses équipes sportives et athlètes ont découvert que la thérapie par LED pouvait être utilisée pour soulager des blessures liées au sport. 

Depuis une vingtaine d’années, la luminothérapie médicale est utilisée en médecine esthétique afin d’embellir votre peau et diminuer l’inflammation post opératoire.

LA Medecine Esthétique aujourd’hui

La Medecine Esthetique du visage permet de corriger sans chirurgie  les effets du vieillissement en traitant les rides et en restaurant les volumes du visage. La Medecine Esthetique permet également d’améliorer la qualité de votre peau par des techniques très diverses.

Les principales méthodes utilisées sont :

Dr ABBOU et Dr PESSIS, vos chirurgiens plasticien et esthétique vous conseilleront au mieux après vous avoir examiné en consultation. Seul un examen attentif de votre chirurgien plasticien pourra dire si cet acte de médecine esthétique est indiqué ou non et tous les détails vous seront explicités au cours de la consultation médicale.

Nous réalisons un examen complet et une analyse détaillée de la zone à traiter. Avant tout soin, Dr ABBOU et Dr PESSIS vous expliquent les mécanismes du vieillissement de votre visage et comment ils peuvent y remédier

Dr ABBOU et Dr PESSIS ont publié de nombreux articles scientifiques traitant de l’analyse du visage et du rajeunissement du visage par des techniques de Medecine Esthetique et de chirurgie esthétique.

Article du Dr ABBOU sur l’évaluation du vieillissement du visage 

Article du Dr ABBOU sur le lifting du visage endoscopique

99

Traitements par acide hyaluronique pour restaurer les volumes

Traitements par acide hyaluronique pour restaurer les volumes
Traitements par botox pour effacer les rides
Cryolipolyse pour eliminer les excès de graisse par le froid
Mésotherapie pour améliorer la qualité de la peau
Peelings pour effacer les tâches de la peau

Analyse de votre visage avant tout acte de medecine esthetique afin d’obtenir des resultats naturels et harmonieux.

Prix des principaux actes de medecine esthetique

Traitements non chirurgicaux
Prix
injections d’acide hyaluroniqueA partir de 350€
Injections de BotoxA partir de 350€
MesotherapieA partir de 250€

Prix des principaux actes de medecine esthetique

Traitements non chirurgicaux
Prix
Soin Mesolift du visage260
CryolipolyseA partir de 600€
RadiofrequenceA partir de 250€

Prix des principaux actes de medecine esthetique

Traitements non chirurgicaux
Prix
Peeling chimiqueA partir de 300€
SkinboostersA partir de 250€
ProfhiloA partir de 500€

Posez votre question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.